Sauter les pages
Vos préférences ont bien été enregistrées.
Vous pouvez mettre à jour vos préférences de contact à tout moment dans la section Vos préférences de contact de Mon Dyson. Si vous avez un compte Mon Dyson, vous pouvez vous connecter ci-dessous pour gérer toutes vos options de contact (y compris téléphone, SMS & courrier postal).
Le purificateur d'air Dyson dans la cuisine

Quels sont les effets de la cuisine sur la qualité de l'air ?

À l'approche de la saison de Noël, beaucoup de personnes passent plus de temps à cuisiner pour les fêtes et leurs invités. Mais quels sont les effets de la cuisine sur la qualité de l'air dans nos intérieurs ?

  • Des appareils de cuisine aux différentes techniques, en passant par les plats que nous cuisinons : la cuisine peut devenir un foyer de pollution de l'air intérieur. Que vous prépariez une délicieuse dinde et une bûche de Noël pour votre famille ou vos amis ; lors de la préparation, un mélange de polluants est libéré dans l'air.

     

    « Les jours sont de plus en plus froids et les gens passent de plus en plus de temps à l'intérieur. Il est donc important de savoir quelles sont les sources de pollution présentes dans notre maison et comment nous pouvons faire face à ce problème », explique Mark Heard, ingénieur chez Dyson, qui ajoute : « Les appareils de cuisine et les méthodes de cuisson ainsi que les types d'aliments utilisés peuvent avoir un impact sur la qualité de l'air »

    La concentration de particules ultrafines dans la cuisine peut souvent être 10 à 40 fois plus élevée après avoir cuisiné[1]. À Hong Kong, par exemple, on estime que la cuisine est responsable de 62 % de la pollution totale par les PM2,5 dans les ménages[2].

     

Appareils de cuisine

En savoir plus

Les solutions de traitement de l'air Dyson

 

 

Méthodes de cuisson

  • Cooking at home
  • La façon dont les aliments sont cuits peut affecter la pollution de l'air dans la cuisine. La cuisson à base d'huile, comme le grillage et la friture des aliments, est généralement plus nocive pour l'environnement car elle produit plus de particules fines. Dans ce cas, il est recommandé d’opter pour des procédés de cuisson à base d'eau tels que l'ébullition ou la cuisson à la vapeur.

     

    Les odeurs des aliments frits, tels que les steaks grillés ou le pain grillé, peuvent être très tentantes. Cependant, les composés qui - libérés lors de la cuisson - génèrent ces odeurs, polluent la qualité de l'air intérieur.

     

    Une étude menée à Paris avec le sac à dos Dyson  sur la qualité de l'air a révélé que l'exposition aux concentrations de PM2,5 augmente sur l’heure des repas, causées par le processus de combustion de cuisson. Des mesures simples, telles que la cuisson à l'eau ou la réduction de certaines méthodes de cuisson très polluantes, peuvent contribuer à minimiser l'impact sur la qualité de l'air.

     

Types d'aliments

  • Le type d'aliment et la température de cuisson ont également une incidence sur la quantité de pollution rejetée dans l'air. À des températures plus élevées, on a constaté des émissions plus élevées et il a été démontré que les ingrédients à plus forte teneur en graisses libèrent plus de polluants.[4]

     

    Le type d'huile utilisé pour la cuisson peut affecter le niveau de polluants. En général, les huiles avec une température de fumage plus élevée produisent moins de poussières fines. Des études montrent que l'huile d'olive est l'un des pires coupables et qu'elle libère la plus forte concentration de particules fines[5].

     

    « Comprendre la pollution de l'air intérieur est la première étape pour permettre aux gens de faire des choix réfléchis dans la cuisine afin de contribuer à réduire l'exposition à la pollution de l'air. De simples changements de routine, comme le type et la quantité d'huile que vous utilisez pour cuisiner, peuvent avoir un impact positif dans la cuisine » déclare Joe Croan, chef cuisinier Dyson (formé par Marco Pierre White, étoilé au Michelin).

     

     

     

Contact Presse

Dyson Newsroom

Les actualités Dyson

 

[1] Wan, député, Wu, CL. Sze To, GN, Chuan, TC, Chao C.YH, 2011. Ultrafine particles and PM2.5 generated from cooking in homes. Atmospheric Environment 42(40)9018-9040.

[2] Chao, CY Cheng, CE. 2020. Source apportionment of indoor PM2.5 and PM10 in homes. Indoor and Built Environment 11, 27-37.

[3] Dyson Air Quality 101 (à usage interne uniquement).

[4] Chao, CY Cheng, CE. 2020. Source apportionment of indoor PM2.5 and PM10 in homes. Indoor and Built Environment 11, 27-37.

[5] Abdullahi KL, Delgado-Saborit JM, Harrison RM (2013). Emissions and indoor concentrations of particulate matter and its specific chemical components from cooking: A review. Atmospheric Environment, 71: 260–294.